Les retraités CGT se rassemblent jeudi à Romilly

28 janvier 2019 | Ecrit par Patrice MARCHAND |

Les retraités CGT cheminots-communaux-multipro appellent à un nouveau rassemblement à Romilly-sur-Seine le jeudi 31 janvier à 10 h à la Bourse du travail dans le cadre d’une journée d’action nationale. C’est l’annonce majeure qui a été faite lors de l’assemblée générale de l’union locale lundi après-midi. Lors de celle-ci, son secrétaire Alain Schuster n’a pas manqué de rappeler que l’année passée a déjà été une année de mobilisation (technicentre, Poste de La Belle-Idée, Afpa…).

L’une des problématiques rencontrée par l’union locale est l’érosion constante de la syndicalisation des retraités, en raison des « décès, de la difficulté à mettre en œuvre la continuité syndicale entre actifs et retraités », du manque de temps consacré à des campagnes d’adhésion pour des bénévoles déjà très sollicités par les mobilisations. « En 2012, on était une centaine. Aujourd’hui, on est environ 80 », ajoute-t-il.

Pour autant, la colère est toujours là face à la baisse du pouvoir d’achat : « Entre 2016 et 2017, le salaire moyen des patrons du CAC 40 est passé de 300 à 350 fois le SMIC. Un retraité qui percevait 1 600 € de pension nette mensuelle en 2017 a vu celle-ci baisser de 30 € environ en 2018. » « On a passé une vie à cotiser et, maintenant, on est racketté », ajoute-t-il.

Pour les retraités cheminots, Alain Thomas fait un constat similaire de pensions insuffisantes avec la hausse de la CSG mais aussi des dépenses de santé.

 

Laissez un commentaire

  • Le débat, on va se le faire !

    Nombre de contributions, qui nous sont parvenues. contributions à déposer d'ici le 15 mars. Nombre de contributions :
  • Calendrier d'événement

    janvier 2019
    L M M J V S D
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031EC
  • lien vers le site national de la CGT
  • Dernière vidéo

    5 février : le grand débat sur le bitume

    Grand débat, pourquoi ? Comment ? Convergence unitaire et journée de mobilisations du 5 février. Catherine Perret, dirigeante de la CGT répond aux questions de Sarah Delattre.

  • Archives