Formation des élu-e-s du CSE

14 octobre 2020 | Ecrit par Patrice MARCHAND

L’UD de l’Aube organise deux formations à l’attention des élu-e-s du CSE :

  • CSSCT du 18 au 20 novembre. Cette formation est financée par l’employeur.
    Le courrier de demande d’absence est à faire avant le 18 octobre à l’employeur.

  • ECO-CSE du 07 au 11 décembre. Cette formation est financée par le CSE.
    Le courrier de demande d’absence est à faire avant le 07 novembre à l’employeur.

Pour tous renseignements et contacts : udcgt10@gmail.com

 

Fiche 5 / Plan de rupture contre plan de relance

14 octobre 2020 | Ecrit par Patrice MARCHAND

UNE HAUSSE DES SALAIRES URGENTE POUR LA RELANCE
Le plan de relance de 100 milliards d’euros déployé par le gouvernement est construit autour de 3 volets principaux :
• écologie ;
• compétitivité ;
• cohésion.
En revanche, rien sur l’augmentation indispensable des salaires. Il serait très naïf de croire que ce nouveau plan conduira à un changement des politiques publiques et économiques qui sévissent depuis plus de trente ans.

Pire encore, tout en reculant les discussions autour du partage de la valeur, et donc de l’augmentation des salaires, le gouvernement n’hésite pas, dans la mise en œuvre du plan de relance, à proposer des baisses de salaire. Comment ? En envisageant d’élargir encore les exonérations de cotisations
sociales qui existent pour différents dispositifs tels que le congé de mobilité ou le congé de reclassement.

Pour télécharger la Fiche 5 / Plan de rupture contre plan de relance

Président du CESER depuis 2007, Patrick Tassin tire sa révérence.

11 octobre 2020 | Ecrit par Patrice MARCHAND
Patrick Tassin ne va pas rempiler à la tête du CESER du Grand Est.
C’est un petit tremblement de terre qui s’est déroulé ce jeudi lors de la séance du CESER du Grand Est à Metz !
L’Ardennais Patrick Tassin, président de cet organe qui regroupe la société civile de la Région, a annoncé qu’il ne se présentera pour un nouveau mandat de président en janvier prochain. Or, le représentant de la CGT, ancien professeur dans le secteur industriel, présidait cet organe depuis sa création en janvier 2016 et avait présidé le CESER de Champagne-Ardenne de 2007 à 2015 auparavant !
Il est même membre du CESER depuis 1991.
« J’ai donné », estime-t-il à 66 ans. Son mandat de président arrive à échéance le 31 décembre, il quittera alors totalement le CESER. Après 14 ans à la tête de cette institution, voilà qui va laisser un vide. Avant de déclencher une lutte pour sa succession. Un syndicaliste sera-t-il d’ailleurs à nouveau élu pour présider le CESER du Grand Est ?
Patrick Tassin avait su rallier sur son nom les voix des employeurs à plusieurs reprises.
Seul syndicaliste Président d’un CESER, une fierté pour la CGT. personnalité forte, rassembleuse, humaniste. Patrick a permis que la CGT soit reconnue, écoutée à travers son Président qui a su avec son charisme, fédéré les énergies de tous bords, faisant ainsi la démonstration que notre organisation peut occuper une place de premier plan. Merci Patrick.

Fiche 4 / Plan de rupture contre plan de relance

09 octobre 2020 | Ecrit par Patrice MARCHAND

RELEVER LE DÉFI DE LA JEUNESSE
Un peu plus de 750 000 jeunes diplômés vont quitter les études pour entrer dans la vie active, sans compter les dizaines de milliers de « décrocheurs » qui sont laissés au bord du chemin – phénomène accentué par la crise de la Covid-19. Dans un contexte de forte augmentation du taux de chômage, ce flot va venir grossir les rangs du million de jeunes âgés de 16 à 25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation.
Avec un taux de chômage de 21,6 % pour les moins de 25 ans, qui devrait dépasser les 30 % au mois de décembre, les jeunes subissent de plein fouet les effets néfastes des crises économiques, et particulièrement ceux liés à la situation sanitaire post-Covid-19.

Pour télécharger La Fiche 4 / Plan de rupture contre plan de relance

Fiche 3 / Plan de rupture contre plan de relance

06 octobre 2020 | Ecrit par Patrice MARCHAND

RÉNOVATION DES LOGEMENTS SOCIAUX
La consommation énergétique des bâtiments représente 45 % de l’énergie du pays et 25 % des émissions de gaz à effet de serre.
En France, un logement sur cinq est qualifié de « passoire thermique ». Ce sont des logements très mal isolés et qui comportent des ponts thermiques, c’est à-dire des zones où s’engouffrent le froid l’hiver et la chaleur l’été.
Ces logements posent de véritables problèmes pour l’environnement et  l’économie en France.
L’enveloppe envisagée pour la rénovation des logements sociaux n’est que de 500 millions d’euros pour les années 2021 et 2022, dont 40 millions d’euros qui seraient réservés à un appel à projet visant à massifier les solutions industrielles pour un objectif de 10 000 logements rénovés. À ce stade, le nombre de logements pouvant être aidés sur le volet  restructuration-réhabilitation lourde peut être estimé à environ 40 000. Un pur effet d’annonce, car c’est une goutte d’eau au regard des 7 millions de logements mal isolés recensés.

Pour télécharger la Fiche 3 / Plan de rupture contre plan de relance en pdf